English Naskapi Cree
 

 

  Rôle, composition et place des aînés et des conseils des aînés dans la Nation et les communautés eeyoues/eenoues d’Eeyou Istchee

 

 

Document de discussion prpar par la Commission Crie-Naskapie

en collaboration avec lan Dr Joseph Jolly

 

 

10 octobre 2020

 

 

 

Rôle, composition et place des aînés et des conseils des aînés dans la Nation et les communautés eeyoues/eenoues d’Eeyou Istchee

 

 

Introduction et contexte

                                 

Au cours des cinquante (50) dernières années de la vie collective et de l'histoire des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee, le mode de vie, les terres, le développement des ressources, les économies, la santé, l'éducation, les communautés, la culture, la gouvernance et les relations avec le monde extérieur ont subi des changements dramatiques et drastiques.   

 

La Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ) de 1975 est née des actions politiques et juridiques des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee, au début des années 1970, pour s'opposer initialement et mettre un terme à la construction du Projet de développement hydroélectrique de la Baie-James, dont la construction avait été annoncée le 30 avril 1971 par le premier ministre Robert Bourassa du gouvernement du Québec dans Eeyou Istchee sans consultation, consentement ni accommodement avec lesdits Eeyous/Eenous. Le gouvernement du Québec avec Hydro-Québec et, dans une certaine mesure, le gouvernement du Canada ont ignoré et nié les droits, les intérêts et les préoccupations des Eeyous/Eenous dont les terres et le mode de vie seraient gravement affectés par ce gigantesque projet de développement hydroélectrique. En juillet 1972, les Eeyous/Eenous ont entamé des poursuites judiciaires contre le Projet de développement hydroélectrique de la Baie-James. Le litige engagé par les Eeyous/Eenous a abouti, par le biais d'un traité, à un règlement négocié des revendications territoriales concernant les droits des Eeyous/Eenous et le développement des ressources naturelles, y compris un projet modifié de développement hydroélectrique dans Eeyou Istchee. Pour les Eeyous/Eenous, le processus des traités a été la voie choisie pour faire avancer le processus d'édification de la nation, assurer la reconnaissance et la protection des droits des Eeyous/Eenous tels que l'autonomie gouvernementale et redéfinir les relations avec le Canada et le Québec.

 

La CBJNQ est un traité moderne et les droits qui y sont énoncés sont reconnus et protégés en vertu du paragraphe 35(3) de la Loi constitutionnelle de 1982.

Au cours de la procédure judiciaire, les aînés en tant que chasseurs et les Indoh-hoh Oujé-Maaouch (maîtres de trappage) ont joué un rôle essentiel en parlant au juge du lien fort qui unit les Eeyous/Eenous à la terre, du mode de vie traditionnel basé sur la chasse et la pêche et des activités connexes, de la culture et de l'histoire des Eeyous/Eenous.

 

Tout au long des consultations avec les communautés eeyoues/eenoues sur la construction et l'opposition au Projet de développement hydroélectrique de la Baie-James, les procédures judiciaires subséquentes pour arrêter le projet et les négociations qui ont mené à la signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, les aînés des communautés eeyoues/eenoues ont parlé du besoin essentiel et de l'importance fondamentale de l'Eeyou/Eenou Eedouwun pour les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee.

 

L'Eeyou/Eenou Eedouwun dont les aînés ont parlé se concentre autour de la patrie des Eeyous/Eenous appelée Eeyou Istchee, qui comprend les Eeyou/Eenou Indoh-hoh Istchee (territoires de chasse familiaux traditionnels et historiques). Les aînés ont parlé de la patrie des Eeyous/Eenous comme d'une vaste terre d'animaux, de poissons, d'oiseaux, de forêts, de rivières et de lacs où la chasse et la pêche sont des composantes essentielles de la vie et de la culture des Eeyous/Eenous. Pour les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee, la chasse et la pêche sont bien plus que la poursuite du poisson et du gibier. La présence de la nature partout apporte de grandes bénédictions aux gens. Par conséquent, la présence des Eeyous/Eenous sur la terre de leurs ancêtres est essentielle pour leur bien-être mental, physique et spirituel. Les aînés appellent ce bien-être holistique « miiyoupimaatsiiwin ». Par conséquent, selon les aînés, les Eeyous/Eenous entretiennent une relation étroite avec leur terre – ses eaux, ses forêts, ses plantes, ses animaux, ses poissons, son esprit – et ce que les gens sont devenus par la suite - cela fait partie de la nature d'être Eeyou/Eenou.

 

Selon les aînés, la centralité d'Eeyou Istchee constitue le fondement de l'existence des Eeyous/Eenous, de l'individu, de la famille, de la nation, de la communauté, de la gouvernance, des territoires de chasse familiaux, de la langue, de la loi eeyoue/eenoue, de la culture, des savoirs traditionnels, de la sagesse culturelle, de l'éducation et des enseignements, des valeurs, des traditions et des coutumes, des droits, de l'identité, de l'histoire, de l'économie, de la philosophie, des croyances, de la morale, des attitudes, de la spiritualité, du bien-être et de la santé, de la vision du monde et du mode de vie. Par conséquent, cette relation étroite avec  Eeyou Istchee fait des Eeyous/Eenous ... un peuple distinct.

Les éléments mentionnés plus haut constituent les principaux éléments de l'Eeyou/Eenou Eedouwun (façon eeyoue de faire les choses) dont les aînés d'Eeyou Istchee ont parlé lors des consultations avec les communautés eeyoues/eenoues sur la construction du Projet de développement hydroélectrique de la Baie-James et l'opposition à celui-ci, les procédures judiciaires subséquentes visant à arrêter le projet et les négociations qui ont mené à la signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois.

Les aînés et l’Eeyou/Eenou Eedouwun ont sans aucun doute guidé les décideurs (leaders et négociateurs eeyous/eenous) dans l'élaboration du traité moderne connu sous le nom de Convention de la Baie-James et du Nord québécois.

Par conséquent, dans une large mesure, l'esprit et l'intention de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois sont de préserver, de maintenir et de poursuivre l'Eeyou/Eenou Eedouwun.

Les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee sont issus d'un passé terrible et redoutable de pauvreté, d'annihilation culturelle et d'impuissance, conséquence directe de nombreux facteurs oppressifs tels que des lois, des politiques et des actions injustes comme l'assimilation, le colonialisme et la dépossession des terres, la négation des droits et la politique d'exclusion et de racisme des gouvernements, des industries et de certains secteurs de la société contemporaine.

 

Par conséquent, après 1975, par l'entrée en vigueur de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee ont entamé le processus de reconstruction de la Nation eeyoue/eenoue et d'établissement et de maintien de la réconciliation avec la société, les industries et les gouvernements contemporains.

 

Pour les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee, parmi autres choses, le processus de reconstruction et de réconciliation de la nation consiste à honorer les obligations découlant des traités, à exercer l'autonomie gouvernementale, à maintenir et à développer la culture et l'identité, à soutenir les institutions autonomes, à construire des communautés viables et à soutenir les modes de développement économique traditionnels et alternatifs, à participer de manière significative au développement des ressources et, par conséquent, à déterminer ce qui constitue le mode de vie actuel des Eeyous/Eenous. Il s'agit d'établir et de maintenir des institutions d'autonomie gouvernementale et de développement économique qui sont culturellement adaptées aux Eeyous/Eenous et qui sont efficaces pour répondre aux besoins de la nation et relever les défis de la Nation.

Peu de gens réalisent que la bonne mise en œuvre de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois est un processus de décolonisation qui implique l’édification et la reconstruction d'une nation conformément à la volonté et aux aspirations des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee. Dans le cadre de ce processus, les Eeyous/Eenous sont déjà en bonne voie de rétablir leurs systèmes et institutions de gouvernance et de retrouver leur intégrité culturelle et leur sens de l'identité historique.

 

Cependant, le parcours de l’édification de la nation continue et se poursuivra pendant de nombreuses générations pour récupérer et rétablir la gouvernance, la culture, la langue, le mode de vie et d'autres formes de l'Eeyou Eedouwun d'une manière qui développe et soutient la société eeyoue/eenoue qui fonctionne – économiquement, socialement, culturellement et politiquement.

 

Ce processus et ce parcours d'édification de la nation se poursuivront avec les générations actuelles et futures d'Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee.

 

Les aînés et les conseils des aînés d'Eeyou Istchee peuvent et doivent être impliqués, de manière positive et significative, dans le processus de reconstruction et de résurgence de la Nation eeyoue/eenoue. Du point de vue des Eeyous/Eenous, les aînés sont les mieux placés pour expliquer l'esprit et l'intention de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois en ce qui concerne l'Eeyou/Eenou Eedouwun. Après tout, bien que la Convention de la Baie-James et du Nord québécois soit écrite en anglais et en français, elle a été produite, présentée et expliquée dans la langue eeyoue/eenoue par les leaders et les négociateurs eeyous/eenous et acceptée dans la langue eeyoue/eenoue par les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee.

Un exemple fondamental et important est l'évolution du terme « administration » à « gouvernement » dans les négociations et la mise en œuvre de la CBJNQ. L'Administration régionale crie a été créée en 1978 en vertu de la CBJNQ. Elle est finalement devenue le gouvernement de la Nation crie en 2014 à la suite de l'Entente concernant une nouvelle relation entre le gouvernement du Canada et les Cris d'Eeyou Istchee et l'Entente concernant une nouvelle relation entre le gouvernement du Québec et les Cris du Québec et l'Entente sur la gouvernance de la Nation crie. Avant la CBJNQ de 1975 et jusqu'à aujourd'hui, les aînés et les membres de la Nation et des communautés eeyoues/eenoues ont toujours utilisé le terme « Eeyou Tapayatachehsoo » qui signifie gouvernement cri. Ce terme eeyou particulier explique le mieux l'intention et l'esprit de la CBJNQ en ce qui a trait au respect de la gouvernance de l’Eeyou/Eenou Eedouwun.

Conformément à son devoir de préparer un rapport à l'intention du Parlement, la Commission Crie-Naskapie a produit, de 1986 à 2018, un total de 16 (seize) rapports biennaux. Afin de produire ces rapports, la Commission a tenu des audiences spéciales sur la mise en oeuvre de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois afin de donner l'occasion aux représentants des Nations eeyoues/eenoues et naskapie et au gouvernement du Canada d'exprimer leurs préoccupations et de discuter de leurs problèmes. Des aînés des communautés eeyoues/eenoues et naskapie ont assisté à ces audiences spéciales sur la mise en œuvre pour exprimer leurs préoccupations.

La Commission a également entendu les propos de personnes eeyoues/eenoues à titre individuel sur le rôle et la place des aînés dans la société eeyoue/eenoue.

Par conséquent, la Commission Crie-Naskapie a décidé de produire le présent document de discussion sur le rôle, la composition et la place des aînés et des conseils des aînés dans la Nation et les collectivités eeyoues/eenoues d'Eeyou Istchee.

 

Qui sont les aînés?

 

Selon les résultats d'un atelier mené par le Dr Joseph Jolly avec les aînés de la Première nation de Waskaganish, « le terme 'ancien' ou ‘aîné’ désigne communément une personne âgée ou un aîné. Un aîné est une personne qui possède une sagesse, des expériences de vie et un savoir traditionnel à transmettre aux générations futures. Cela comprend les compétences en matière d'éducation des enfants, les compétences traditionnelles de la vie courante, la chasse, la culture et la langue ».

 

« Les aînés sont la pierre angulaire de notre culture, car ils sont les gardiens et les enseignants des enseignements traditionnels. Ils sont le lien avec notre passé, notre présent et notre avenir. Ils sont des leaders et des enseignants spirituels, mais ils ont également la sagesse et l'expérience nécessaires pour fournir des conseils très pragmatiques sur la meilleure façon d'améliorer et d'assurer la santé physique, mentale et spirituelle de notre communauté. » (Native Canadian Centre of Toronto, 1986)

Les aînés sont doués de sagesse. Ils agissent comme conseillers et aident à la résolution des conflits. Ils sont des modèles de comportement acceptable. Les aînés devraient être des enseignants pour les enfants et les jeunes dans les communautés eeyoues/eenoues.

« Les anciens sont des personnes qui, par leurs connaissances, leur sagesse et leur expérience acquises au long de nombreuses années, ont mérité le respect et l'affection de leurs communautés. Ce sont également des personnes qui ont su donner l'exemple et contribuer au bien-être des autres. Les anciens sont généralement, mais non exclusivement, des membres âgés de la communauté. Ce sont des personnes qui ont vécu longtemps, qui ont contemplé maintes fois le cycle des saisons et vu changer le monde autour d'eux. Les aînés sont ceux qui ont déjà parcouru une grande distance sur le chemin de la vie et qui sont qualifiés pour donner des conseils basés sur leur connaissance de la vie, des traditions et de l'expérience.

Les anciens possèdent des attributs particuliers. Ce sont des personnes que l'on sait dotées d'une sagesse exceptionnelle et qui connaissent leur culture et les enseignements du Grand Esprit. Les anciens sont perçus comme des personnes sages, stables et capables de savoir ce qu'il convient de faire dans telle ou telle situation. On se tourne vers eux lorsqu'on a besoin de conseils judicieux. Généreux, ils ont la réputation d'être disposés à partager le fruit de leur labeur et de leur expérience (avec les autres membres de la communauté). » (Rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones - Volume 4 - Perspectives et réalités)

Les aînés sont les gardiens de la tradition, les gardiens de la culture, les sages, les enseignants. Dans la communauté eeyoue/eenoue, les aînés sont connus pour sauvegarder les connaissances qui constituent l'héritage unique de la Nation eeyoue/eenoue. Ils sont vénérés et respectés. Bien que la plupart des sages traditionnels soient âgés, les personnes âgées ne sont pas toutes des aînés, et tous les aînés ne sont pas âgés.

Les aînés peuvent être des hommes ou des femmes.

 

Selon les aînés de Waskaganish, pour être considéré comme un ancien, un individu doit :

 

o   avoir cinquante-cinq ans ou plus,

o   être d'esprit sain et raisonnable,

o   être mentalement et émotionnellement stable,

o   être humble et sage,

o   avoir l'autocontrôle et non la rapidité d'exécution,

o   faire preuve de tact et de diplomatie,

o   être honnête et sincère,

o   se faire entendre sur les questions sociales dans la communauté,

o   être sociable et accessible,

o   être un modèle pour tous,

o   être un éducateur,

o   être un conseiller reconnu pour sa sagesse,

o   être un bon communicateur,

o   avoir confiance en soi et ne pas être timide,

o   être capable de garder la confidentialité, et

o   être un bon auditeur.

 

De plus, un ancien est une personne :

 

o   de bonne moralité,

o   ayant de bonnes valeurs morales,

o   possédant de bonnes compétences en matière de relations interpersonnelles,

o   intègre,

o   ayant de bonnes capacités de leadership,

o   possédant de bonnes compétences en matière de résolution des conflits,

o   qui a une vision,

o   ayant de bonnes capacités de décision,

o   qui a une connaissance des compétences de vie traditionnelles, des valeurs, de l'éducation des enfants, de la chasse, de la culture, des coutumes et de la langue,

o   qui adopte des mesures,

o   qui est sage,

o   qui sait comment résoudre les problèmes,

o   qui comprend les principes spirituels,

o   qui respecte les autres,

o   qui partage avec les autres,

o   qui aide les autres,

o   qui connaît et respecte l’Eeyou/Eenou Eedouwun, et

o   qui, par-dessus tout, se souciera et fera preuve de compassion envers tous les gens.


Une personne possédant de telles qualifications est reconnue comme un ancien par les aînés et les autres membres de la communauté eeyoue/eenoue d'Eeyou Istchee.

 

Conseils des aînés

 

Les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee ont un conseil régional des aînés et les communautés eeyoues/eenoues ont un conseil local des aînés.

Les conseils des aînés sont composés de membres élus ou nommés s'ils répondent aux conditions préalables de l'autorité gouvernementale eeyoue/eenoue et/ou sont reconnus comme aînés par les membres de la communauté eeyoue/eenoue.

À titre d'exemple, les membres du conseil des aînés des Cris de la Première nation de Waskaganish sont nommés et élus par les membres de la communauté pour un mandat de trois ans et, à Oujé-Bougoumou, les membres du conseil des aînés local sont nommés par le chef et le conseil.

 

On a soulevé un cas où un aîné était membre du conseil de l'autorité locale de gouvernance et également membre du conseil des aînés de la localité. Cette situation particulière ne semble pas appropriée et soulève la question de l'appartenance au conseil des aînés.

 

Les aînés sont parfois appelés à conseiller le chef et le conseil de l'autorité locale et le grand chef et le conseil de l'autorité régionale. Mais généralement, les autorités gouvernementales prennent des décisions qui touchent les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee sans avoir l'avis des aînés.

 

On fait aussi appel aux aînés pour fournir des conseils au cours des assemblées générales locales et régionales de la Nation eeyoue/eenoue.

Les aînés organisent également certaines cérémonies pour des événements et des occasions locales, régionales ou spéciales.

L'Assemblée des Premières Nations dispose d'un conseil des aînés. Le rôle et la fonction de ce conseil des aînés sont essentiellement de nature et de portée non politiques et consultatives.

La mission du conseil des aînés des Cris de la Première nation de Waskaganish est de « soutenir, conseiller, orienter et éduquer les membres des Cris de la Première nation de Waskaganish sur les préoccupations et les questions qui se posent au sein de la communauté et du territoire traditionnel des Cris de la Première nation de Waskaganish, en utilisant ses connaissances traditionnelles pour renforcer et préserver les coutumes, la culture, la langue et les valeurs spirituelles traditionnelles des Cris par l'éducation et le leadership ». (Énoncé de mission du Conseil des aînés des Cris de la Première nation de Waskaganish).

 

Cependant, les aînés et les conseils des aînés ne jouent pas de rôle significatif dans le développement politique et social de la communauté et de la Nation eeyoue/eenoue.

 

De plus, il se peut que le conseil des aînés n’ait pas les ressources financières et humaines suffisantes pour s'acquitter efficacement de ses devoirs et responsabilités.

 

Dans certains cas, le conseil des aînés relève du département administratif du gouvernement local de la Nation eeyoue/eenoue. Le conseil des aînés doit être indépendant et protégé de toute ingérence politique ou administrative afin de pouvoir jouer un rôle plus significatif dans le développement politique et social de la communauté et de la Nation eeyoue/eenoue.

 

Dans le cadre d'un atelier dirigé par le Dr Joseph Jolly, les aînés ont déterminé que les devoirs et l'objectif du conseil des aînés devraient être les suivants :

 

·      enseigner aux jeunes la culture, la tradition et la langue,

·      enseigner les valeurs spirituelles et morales,

·      conseiller les personnes et les familles,

·      enseigner à chacun la sécurité dans la chasse et le maniement des armes à feu,

·      fournir une vision, un leadership, une orientation et des conseils,

·      nommer les membres du conseil des aînés,

·      donner des conseils sur les pratiques foncières, traditionnelles et culturelles,

·      fournir des conseils et un leadership informel à la Première nation eeyoue/eenoue,

·      aider et conseiller le chef et le conseil de la Première nation eeyoue/eenoue pour des questions relatives aux terres, au territoire traditionnel, aux pratiques traditionnelles, à la culture, à la langue, aux préoccupations et aux questions qui se posent au sein de la communauté,

·      préserver la culture, la langue et les valeurs eeyoues/eenoues,

·      assumer des fonctions en cas de crise afin de fournir des conseils ou des avis,

·      partager ses connaissances des coutumes traditionnelles, des valeurs culturelles, de la langue et des valeurs spirituelles,

·      conseiller et informer les membres de la communauté sur les questions de sécurité pendant toutes les activités saisonnières,

·      fonctionner en tant que conseil consultatif auprès du chef et du conseil de la Première nation eeyoue/eenoue,

·      fournir des connaissances traditionnelles sur la gouvernance eeyoue/eenoue aux fins de l'autodétermination,

·      fournir des connaissances traditionnelles et des conseils sur l'utilisation traditionnelle des terres et l'exploitation des ressources

·      fournir un soutien aux aînés de la Première nation eeyoue/eenoue.

 

Les ainés et la gouvernance

 

La gouvernance eeyoue/eenoue a évolué de façon spectaculaire au cours des cinq (5) dernières décennies, principalement en réponse aux changements fondamentaux du paysage politique, social et économique d'Eeyou Istchee. Cette évolution de la gouvernance eeyoue/eenoue est coutumière et naturelle, car le pouvoir politique est universel et inhérent à la nature humaine. Après tout, l'autodétermination eeyoue/eenoue est le pouvoir de choix en action. Dans de nombreux cas, les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee ont adopté une approche « just do it » (faites-le tout simplement).

 

Les Eeyous/Eenous ont une relation spirituelle particulière avec leur terre ... Eeyou Istchee. Les Eeyous/Eenous considèrent également leur culture, leur langue et leurs traditions comme fondamentales et centrales à leurs identités collectives et individuelles. Par conséquent, la vision eeyoue/eenoue de l'autonomie gouvernementale englobe deux objectifs distincts, mais liés. Le premier implique une plus grande autorité sur Eeyou Istchee et ses habitants, que ce territoire soit exclusif aux Eeyous ou partagé avec d'autres. Le second implique un plus grand contrôle sur les questions qui touchent les Eeyous/Eenous en question : leur culture, leur identité et leur bien-être collectif.

 

En conséquence, les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee ont choisi et pris les principales voies et dispositions suivantes pour la gouvernance d'Eeyou Istchee :

 

a)    un système traditionnel eeyou/eenou de gouvernance et d'autorité pour chaque Indoh-hoh Istchee (territoire de chasse familial eeyou) communément appelé système des lignes de trappage;

b)   un gouvernement local qui comporte une large mesure d'autorité eeyoue/eenoue sur une base territoriale exclusive (terres des catégories IA et IB);

c)    un gouvernement de la Nation eeyoue qui comprend une large mesure d'autorité eeyoue/eenoue sur une base territoriale exclusive (terres de catégorie IA) et non exclusive (terres de catégorie II); et

a)    un gouvernement public (gouvernement régional d'Eeyou Istchee Baie-James) qui permet une participation significative des Eeyous/Eenous dans la prise de décision sur les terres partagées (terres de catégorie III) et les ressources.

 

En vertu de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, de ses conventions complémentaires et de la loi habilitante, chaque Première nation eeyoue/eenoue a un chef et un conseil et les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee ont un gouvernement de la Nation crie. De plus, une constitution crie qui renforce la gouvernance eeyoue/eeyoue sur les terres de catégorie 1A a été adoptée et approuvée par les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee.

 

Cependant, les Ententes et la législation habilitante, y compris la Constitution crie, restent muettes sur le rôle et les devoirs des aînés et des conseils des aînés des Eeyous/Eenous à Eeyou Istchee.

 

Grâce à la mise en œuvre de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee ont exercé leur droit à l'autonomie gouvernementale pour entamer le processus de reconstruction de la Nation eeyoue/eenoue. Les gouvernements locaux eeyous/eenous et le gouvernement de la Nation crie devraient reconnaître le rôle essentiel des aînés et les connaissances traditionnelles qu'ils ont à contribuer à la reconstruction de la Nation eeyoue/eenoue et à l'établissement d'institutions pour soutenir l'autodétermination et le bien-être des Eeyous/Eenous.

 

La gouvernance eeyoue/eenoue est le processus par lequel les Eeyous/Eenous prennent des décisions qui orientent leurs efforts collectifs. Les aînés et les conseils des aînés devraient avoir un rôle plus significatif et plus direct dans ce processus décisionnel. Une gouvernance efficace ne se limite pas à faire le travail. Cela est particulièrement vrai pour les Eeyous/Eenous, car les valeurs jouent généralement un rôle important dans la détermination de l'objectif organisationnel et du mode de fonctionnement. Le processus et les principes qui le soutiennent et le guident sont aussi importants que le produit final. Toutefois, une gouvernance efficace ne se limite pas à « prendre le contrôle » des affaires et des questions eeyoues/eenoues, comme le développement économique, communautaire et social. Une gouvernance bonne et efficace consiste à la fois à atteindre les résultats souhaités et à les obtenir de la bonne manière, ce qui est largement modélisé par les normes et les valeurs culturelles des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee. Cette bonne manière doit être déterminée en suivant les conseils fournis par les conseils des aînés.

 

En guise de méthode, les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee rejettent le paternalisme du passé parce qu'ils savent mieux que quiconque comment définir et promouvoir leurs propres intérêts. Les aînés parlent souvent de l'importance et de la continuité de la culture, des valeurs et des traditions eeyoues/eenoues pour tracer une voie vers l'avenir. Par conséquent, les aînés devraient être impliqués, de manière significative, dans le processus continu de définition et de promotion des intérêts des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee.

 

Dans l'exercice de leurs fonctions législatives, les gouvernements des Premières nations eeyoues/eeyoues et le gouvernement de la Nation crie devraient consulter et demander conseil aux aînés et aux conseils des aînés, en particulier en ce qui a trait à l'adoption de lois relatives à la langue, à la culture et au bien-être collectif.

Selon les aînés, les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee doivent se gouverner selon les principes holistiques qui ont traditionnellement assuré l'équilibre dans la vie des gens. À cette fin, les gouvernements eeyous/eenous doivent s'impliquer davantage dans la santé et l'éducation de la Nation eeyoue/eenoue en collaboration avec le Conseil scolaire cri et le Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie James. Les aînés, axés sur les connaissances traditionnelles, peuvent mener la lutte pour rétablir des modèles de gouvernance culturellement appropriés.

 

Les Eeyous/Eenous se considèrent comme les intendants, les gardiens et les conservateurs d'Eeyou Istchee. La gouvernance eeyoue est également la pratique et l'exercice de l'intendance, de la tutelle et de la garde d'Eeyou Istchee. Pour les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee, le parcours vers la pleine gouvernance eeyoue commence et se termine avec et au sein des autorités historiques et traditionnelles du pouvoir autonome – le peuple de la terre.

 

Le chapitre 24 de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois prévoit la reconnaissance et le maintien des « territoires de trappage cris ». Ce chapitre comprend la reconnaissance et la définition du « maître de trappage cri ». Les aînés comprennent que ce chapitre particulier prévoit la reconnaissance et le maintien du système de gouvernance traditionnel eeyou/eenou de chaque Indoh-hoh Istchee (territoire de chasse familial eeyou/eenou) par l'Eeyou/Eenou Indoh-hoh Oujé-Maaou (maître de trappage cri). Il prévoit également la reconnaissance et le maintien du régime foncier traditionnel eeyou/eenou des territoires de chasse familiaux dans l'ensemble d'Eeyou Istchee. Ces termes eeyous/eenous « Indoh-hoh Istchee » et « Indoh-hoh Oujé-Maaou » sont utilisés respectivement pour expliquer la signification des « terrains de trappage cris » et du « maître de trappage cri »   dans le chapitre 24 de la CBJNQ. (Le système des « zones de piégeage » dans les réserves de castors a été établi par le gouvernement du Québec pour gérer le piégeage des castors. Il est essentiel de faire la différence entre les « terrains de trappage » et les « Indoh-hoh Istchee » pour comprendre la reconnaissance, la protection et le maintien du régime foncier traditionnel eeyou/eenou des territoires de chasse familiaux dans l'ensemble d'Eeyou Istchee).      

 

Par conséquent, les Indoh-hoh Oujé-Maaouch de l'Indoh-hoh Istchee qui composent Eeyou Istchee devraient jouer un rôle dans la gouvernance et la gestion d'Eeyou Istchee puisqu'ils sont les gardiens, les intendants et les conservateurs traditionnels d'Eeyou Istchee.

 

Les aînés et les conseils des aînés seraient utiles dans cet exercice.

 

En résumé, le sens et la pratique de la gouvernance eeyoue/eenoue ont évolué et ont été et continuent d'être redéfinis par les Eeyous/Eenous en se fondant sur les droits, les libertés, les valeurs, la culture, le droit et les coutumes traditionnels et selon l'intention et l'esprit de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois et des conventions complémentaires.

 

Les aînés et l’éducation, la culture, la langue et les valeurs

 

En raison de la domination fédérale sur l'éducation des autochtones et des politiques assimilationnistes avant 1975, le legs du passé concernant l'éducation des enfants eeyous/eenous d'Eeyou Istchee est redoutable, amer et omniprésent.

 

La scolarisation et l'expérience des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee ont fourni des moyens et une impulsion au changement.

 

Par conséquent, les Eeyous/Eenous qui ont été soumis au système d'éducation oppressif et abusif du passé et à des politiques racistes préjudiciables voulaient rompre avec le passé et transformer le contrôle, le contenu, le but et l'orientation de l'éducation de leurs enfants et des générations futures d'Eeyous/Eenous de manière à permettre une évolution positive de la culture et de la société eeyoues/eenoues et sous la détermination et le contrôle des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee.

Par conséquent, la Commission scolaire crie (Eeyou Chiskutimaachaawin) a été formellement établie en 1978 avec sa pleine compétence et responsabilité pour l'éducation primaire, secondaire, postsecondaire et des adultes et pour promouvoir la langue et la culture eeyoues conformément aux modalités et dispositions du chapitre 16 de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois. Plus particulièrement, les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee, par l'entremise de la Commission scolaire crie, ont acquis, dans une large mesure, un contrôle pédagogique, financier et politique autonome sur les politiques et l'administration de l'éducation afin de pouvoir réaliser sa mission actuelle déclarée « d'assurer un apprentissage permanent tout en inculquant l'identité eeyoue/eenoue en partenariat avec les communautés eeyoues/eenoues pour permettre à chaque élève d'acquérir les qualifications et les compétences nécessaires pour contribuer avec succès à la Nation eeyoue et à la société en général ». (Énoncé de mission de la Commission scolaire crie)

 

L'ancienne présidente de la Commission scolaire crie, Kathleen J. Wootton, déclare dans le Rapport annuel 2016-2017 de la Commission scolaire qu'elle estime « qu'un système éducatif construit autour de la culture, de la philosophie, des valeurs et des compétences traditionnelles cries peut responsabiliser notre communauté ».

 

Cependant, au cours des quarante (40) dernières années, les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee ont dû et doivent toujours faire face à un défi difficile et complexe pour passer des modèles de domination, de contrôle et d'assimilation externes à des modèles qui sont culturellement, linguistiquement et philosophiquement pertinents et habilitants pour les individus, les familles, les communautés et la Nation eeyoue/eenoue.

 

Ce défi et cette tâche correspondent essentiellement à l'esprit et à l'intention du chapitre 16 (Éducation des Cris) de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois qui permet aux Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee de faire valoir et d'exercer les droits suivants :

 

·      Le droit d'établir et de contrôler leurs systèmes et établissements d'enseignement offrant une éducation de qualité dans leur propre langue, d'une manière adaptée à leurs méthodes culturelles d'enseignement et d'apprentissage.

 

·      Le droit à la dignité de leur culture, de leurs traditions, de leur histoire et de leurs aspirations, qui doit être reflétée de manière appropriée dans l'éducation.

 

·      Le droit de maintenir et de renforcer leurs institutions politiques, juridiques, économiques, sociales et culturelles distinctes, tout en conservant leur droit de participer pleinement, s'ils le souhaitent, à la vie politique, économique, sociale et culturelle de la société canadienne contemporaine.

 

Les aînés sont les gardiens et les enseignants des connaissances, des valeurs et de la culture traditionnelles, y compris la langue eeyoue/eenoue. Le savoir traditionnel est un système de connaissances discret qui possède sa propre philosophie et sa propre base de valeurs.

 

Les connaissances et les enseignements des aînés font partie de l'Eeyou/Eenou Eedouwun et font également partie de la tradition intellectuelle des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee. Ils sont le fondement sur lequel la Nation eeyoue/eenoue est construite.

 

Les connaissances et les enseignements des aînés sont transmis par la tradition orale, mais cette transmission est absente dans les écoles locales de la Commission scolaire crie. Les aînés ne semblent pas être officiellement reconnus par la Commission scolaire crie pour leur savoir culturel et traditionnel unique dans l'éducation des enfants et des jeunes eeyous/eenous.

 

La tradition meurt sans cette transmission et cette réception.

Par conséquent, les jeunes eeyous/eenous sortent de ces écoles avec un sens confus de leur identité et sans les connaissances culturelles de base pour participer pleinement aux traditions des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee.

La Commission scolaire crie peut ne pas avoir les ressources appropriées pour soutenir l'engagement et la participation des aînés dans l'éducation des enfants et des jeunes eeyous/eenous d'Eeyou Istchee. Cependant, le savoir traditionnel, la culture et les valeurs des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee doivent être reconnus et promus par la Commission scolaire crie par le biais de l'implication des aînés dans l'éducation des enfants et des jeunes eeyous/eenous d'Eeyou Istchee. À cette fin, la Commission scolaire crie devrait, en collaboration avec les aînés et les conseils locaux des aînés, déterminer la façon la plus appropriée d'impliquer les aînés dans l'éducation et la scolarisation des enfants et des jeunes eeyous/eenous. De plus, la Commission scolaire crie devrait collaborer avec les aînés et les conseils des aînés pour déterminer la meilleure façon de rendre accessibles les connaissances, la culture et les valeurs traditionnelles des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee dans l'éducation des enfants et des jeunes eeyous/eenous.

 

En vertu du chapitre 16 de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, la Commission scolaire crie dispose de pouvoirs spéciaux pour « élaborer des cours, des manuels et du matériel didactique conçus pour préserver et perpétuer la langue et la culture des autochtones ».

 

Le 17 septembre 2019, le gouvernement de la Nation crie a adopté à l'unanimité son premier projet de loi – la Loi concernant la langue crie d'Eeyou Istchee. Les objectifs de la Loi sont de soutenir et de promouvoir l'utilisation de la langue eeyoue/eenoue, d'appuyer les efforts des Eeyous/Eenous pour récupérer, revitaliser, maintenir et renforcer la langue eeyoue/eenoue, et de planifier des initiatives et des activités pour restaurer et maintenir la maîtrise de la langue eeyoue/eenoue.

 

Les aînés et les conseils des aînés d'Eeyou Istchee peuvent aider et participer à l'établissement de mesures pour le rétablissement, la valorisation, le maintien et le renforcement de la langue eeyoue/eenoue.

Le projet de loi – la Loi concernant la langue crie d'Eeyou Istchee – stipule que « le peuple cri d'Eeyou Istchee a le droit inhérent à l'utilisation et à la jouissance de la langue crie, et une action positive est nécessaire pour protéger et promouvoir la langue crie »

 

Toutefois, ledit projet de loi n'établit pas la langue eeyoue/eenoue comme langue officielle des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee.

 

La Commission scolaire crie a fait quelques progrès dans la promotion et l'utilisation de la langue eeyoue/eenoue comme langue d'enseignement dans les écoles locales sous sa juridiction. Toutefois, les aînés ont exprimé leurs préoccupations quant à la diminution de l'utilisation de la langue eeyoue/eenoue par les enfants. Dans les écoles, les enseignants du programme préscolaire ont remarqué que beaucoup d'enfants eeyous/eenous viennent à l'école en parlant anglais. Les aînés devraient être impliqués dans l'avancement de la langue eeyoue/eenoue dans les écoles et dans l'éducation des jeunes et des enfants eeyous/eenous.

 

La Commission scolaire crie a également fait quelques progrès dans la promotion et l'éducation de l'Eeyou/Eenou Eedouwun, notamment en matière de culture. Par exemple, elle permet à ses élèves de participer à la chasse à l'oie du printemps grâce aux « pauses de l'oie » pendant son année scolaire annuelle. Ainsi, les enfants et les jeunes apprennent la culture et la langue eeyoues/eenoues avec leurs familles dans les camps de brousse partout à travers Eeyou Istchee. Les aînés sont toujours présents dans ces camps de brousse pour enseigner et conseiller.

 

Toutefois, la Commission scolaire crie doit intégrer la culture eeyoue/eenoue et d'autres formes de l'Eeyou Eedouwun dans l'élaboration des cours, des manuels et des curriculums d'études pour les programmes et les services qu'elle offre. Les aînés peuvent être utiles dans cet exercice particulier.

 

De plus, les gouvernements locaux et régionaux eeyous/eenous et l'Association des trappeurs cris devraient soutenir les aînés et les conseils des aînés dans l'enseignement de l'Eeyou/Eenou Eedouwun comme les connaissances traditionnelles, la langue, la culture et les valeurs. Par exemple, on sait que certains aînés ont emmené des enfants et des jeunes dans leurs camps d’Indoh-hoh Istchee pour apprendre les techniques de survie, la culture, la langue et les valeurs. Dans ces camps, les aînés ont enseigné en faisant des choses pratiques, et les jeunes ont appris d'eux en faisant des choses pratiques. Ces méthodes d'enseignement par les aînés et d'apprentissage par les jeunes et les enfants eeyous/eenous « sur le terrain ou sur le tas » devraient être soutenues par les autorités eeyoues/eenoues compétentes.

 

Dans le Rapport annuel 2017-2018 de la Commission scolaire crie, Kathleen J. Wootten, ancienne présidente de la Commission scolaire crie, est citée comme ci-après : « Mon rêve est de créer un système d'éducation basé sur les idéologies cries et qui reflète la société crie d'aujourd'hui. Le système occidental ne reflète pas les valeurs, les principes et la culture des Cris, ce qui a nui à notre société de nombreuses façons importantes, dont l'une est l'incapacité de nos enfants à s'identifier aux activités éducatives de ce système. Nous devons réformer notre système d'éducation afin d'inculquer à nos enfants et petits-enfants un sentiment de fierté en tant que peuple cri. »

 

De nouveaux modèles d'éducation sont nécessaires pour les enfants et les jeunes eeyous/eenous pour leur permettre d'apprendre à connaître l'Eeyou/Eenou Eedouwun et prendre leur place en tant qu'Eeyous/Eenous dans la société eeyoue/eenoue d'Eeyou Istchee. Les aînés devraient avoir un rôle à jouer dans le développement de ces nouveaux modèles et dans la mise en œuvre de l'enseignement de l'Eeyou/Eenou Eedouwun tels que la langue, les connaissances traditionnelles et la culture. La nature de l'Eeyou/Eenou Eedouwun avec sa tradition intellectuelle, la manière dont cet Eeyou/Eenou Eedouwun est enseigné et appris, et la complexité de la langue eeyoue/eenoue sont autant d'éléments pertinents pour le développement de nouveaux modèles. Les aînés peuvent jouer un rôle essentiel et apporter des contributions importantes dans tous ces domaines.

 

Les aînés dans les domaines de la santé, des enjeux sociaux, de la justice, des terres et des ressources

En raison des développements et des changements rapides du paysage politique, économique et social d'Eeyou Istchee au cours des cinq (5) dernières décennies, les aînés parlent de l'effondrement de la société eeyoue/eenoue et de la perte des valeurs culturelles qui en résulte. Les aînés parlent du rétablissement, du renouvellement et de la continuité de l'Eeyou/Eenou Eedouwin, notamment des valeurs culturelles. Les aînés enseignent et encouragent le respect, la responsabilité, l'attention et le partage comme éléments fondamentaux des solutions aux problèmes sociaux des Eeyous/Eenous.

 

Les aînés ont déclaré à la Commission qu'ils ne disposaient pas de services et de programmes adéquats.

Les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee accordent une grande importance à la collectivité dans la société eeyoue/eenoue – c'est-à-dire à l'importance de la famille, de la communauté et de la nation, à l'importance du collectif pour le sentiment de santé et d'estime de soi d'un individu, à l'importance de la responsabilité de l'individu envers le collectif et de la responsabilité du collectif de prendre soin et de protéger ses membres les plus vulnérables, et à l'importance des droits collectifs et de l'action collective.

L'importance du collectif et des droits et des responsabilités collectifs, doit être reconnue par les gouvernements et les institutions eeyous/eenous. Les aînés devraient jouer un rôle essentiel dans la promotion et l'éducation des Eeyous/Eenous, en particulier des jeunes, sur l'importance du collectif et des droits et responsabilités collectifs.

 

Comme mentionné précédemment dans le présent document de discussion, les aînés ont emmené des jeunes eeyous/eenous dans des camps de brousse dans l’Indoh-hoh Istchee pour apprendre l'Eeyou/Eenou Eedouwun, notamment les techniques de survie, les connaissances traditionnelles, la discipline et les valeurs. Certains jeunes en difficulté ont également été emmenés dans ces camps de brousse pour leur bien-être.

 

Dans la société eeyoue/eenoue, la justice ne se concentre pas sur la punition, mais bien sur le rétablissement de l'harmonie dans la communauté. Les Eeyous/Eenous avaient des règles et des mœurs sociales bien établies pour réduire les conflits au minimum. Les aînés avaient un rôle à jouer dans la résolution des conflits.

 

Dans un passé récent, le gouvernement de la Nation crie a fait appel aux aînés, et à leurs connaissances traditionnelles, pour participer et servir de médiateurs dans un processus de résolution des conflits entre ou parmi les Eeyou/Eenou Indoh-hoh Oujé-Maaouch (les maîtres de trappage eeyous/eenous) en ce qui concerne l'intégrité territoriale de la famille Indoh-hoh Istchee (territoire de chasse traditionnel). Parfois, les aînés sont invités à résoudre la question à savoir qui est le légitime Indoh-hoh Oujé-Maaou pour un Indoh-hoh Istchee particulier. Après tout, le maintien de l'intégrité territoriale de l'Indoh-hoh Istchee et l'identification et le rôle de l'Indoh-hoh Oujé-Maaou sont essentiels pour la continuité du régime foncier traditionnel eeyou/eenou des territoires de chasse familiaux dans l'ensemble d'Eeyou Istchee, tels que reconnu par le chapitre 24 de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois.

 

Les aînés possèdent des connaissances sur les méthodes de guérison traditionnelles et les herbes, plantes et autres médecines traditionnelles qui contribuent au bien-être et à la santé des Eeyous/Eenous. Le Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie James devrait reconnaître officiellement les connaissances des aînés d'Eeyou Istchee en matière de guérison traditionnelle et de médecine traditionnelle.

 

Lors des consultations des dernières années, les aînés ont parlé de l'importance et de la pérennité de l'Eeyou Eedouwin. En particulier, ils ont dit que les Eeyous/Eenous ont une relation spéciale avec la terre (Eeyou Istchee) et qu'ils appartiennent à la terre qui est profondément liée à leur identité, leur culture et leur bien-être. Par conséquent, les Eeyous/Eenous se considèrent comme les intendants, les gardiens et les conservateurs d'Eeyou Istchee. Et, selon les aînés, les Eeyous/Eenous devraient avoir une participation significative dans la gouvernance et la gestion d'Eeyou Istchee et de ses ressources naturelles telles que la faune, les forêts, l'eau et les minéraux. Les Eeyous/Eenous, en particulier les aînés avec leurs connaissances traditionnelles, doivent avoir une plus grande participation et un plus grand contrôle sur les lois concernant la juridiction de leurs territoires traditionnels.

 

Résumé, conclusion et suggestions

Les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee ont une vision holistique du monde et une approche holistique de la vie. Ils considèrent que toute la création est interconnectée, interreliée et interdépendante. Les Eeyous/Eenous se considèrent comme faisant partie du cercle de la vie sur cette terre et la terre fait partie de leur vision. En particulier, les Eeyous/Eenous considèrent que les êtres humains sont interconnectés, interreliés et interdépendants avec toute la création.

De plus, les Eeyous/Eenous comprennent l'importance de maintenir l'harmonie et l'équilibre avec toute la création. En fait, les Eeyous/Eenous considèrent que le bien-être d'une personne est le maintien de l'équilibre de son bien-être physique, spirituel et psychologique. Les Eeyous/Eenous appellent cet équilibre de bien-être le « miiyoupimaatsiiwin ».

Les aînés considèrent que le principal but dans la vie d’une personne est de viser, d’atteindre et de maintenir le « miiyoupimaatsiiwin ».

Par conséquent, le mode de vie, la culture, la guérison (santé), l'apprentissage (éducation), la vision du monde, l'éthique, la prière, la terre, la gouvernance et la spiritualité sont interconnectés, liés et interdépendants.

Les gouvernements, autorités, instituts et entités eeyous/eenous devraient adopter une approche holistique et coopérer entre eux et avec les aînés et les conseils des aînés pour aider les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee dans la poursuite, la réalisation et le maintien du « miiyoupimaatsiiwin ».

Tout au long des consultations avec les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee pendant le procès concernant le Projet de développement hydroélectrique de la Baie-James et les négociations ultérieures concernant la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, les Eeyous/Eenous, en particulier les aînés, ont parlé du besoin essentiel et de l'importance fondamentale de l'Eeyou/Eenou Eedouwun. Ils ont clairement déclaré qu'ils voulaient maintenir et soutenir l'Eeyou/Eenou Eedouwun comme leur culture et leur identité distinctes en tant qu'Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee à l'avenir.

De 1986 à 2018, la Commission Crie-Naskapie a également entendu les aînés dans le cadre des audiences spéciales sur la mise en oeuvre de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois menées pour préparer ses seize rapports biennaux.

Avant la Convention de la Baie-James et du Nord québécois de 1975, les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee ne se voyaient généralement pas eux-mêmes, ni leurs cultures et valeurs reflétées dans les institutions publiques que le Canada et le Québec offraient. Les Eenous/Eeyous se penchent maintenant sur la nature et la portée de leurs gouvernements et de leurs propres institutions publiques telles que la Commission scolaire crie, le Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie James, la police et la justice, afin d'assurer la sécurité de leur identité et de leur bien-être individuel et collectif.

De plus, il incombe au gouvernement de la Nation crie, à la Commission scolaire crie, aux gouvernements locaux eeyous/eenous et aux autres institutions et entités eeyoues/eenoues, ainsi qu'aux familles, aux aînés et aux jeunes eeyous/eenous, de travailler ensemble dans un esprit de coopération et de diverses façons, afin de s'assurer que la culture, la langue et les valeurs eeyoues/eenoues soient maintenues, vivantes et renforcées pour les générations actuelles et à venir.

À la lumière des enjeux et des préoccupations abordées dans le présent document de discussion concernant le rôle, la composition et la place des aînés et des conseils des aînés dans la Nation et les collectivités eeyoues/eenoues d'Eeyou Istchee, la Commission Crie-Naskapie soumet les suggestions présentées ci-après pour examen, discussion et mesures de suivi.

Les gouvernements et les institutions publiques eeyous/eenous devraient reconnaître le rôle essentiel des aînés et les connaissances traditionnelles qu'ils ont à contribuer à la reconstruction de la Nation eeyoue/eenoue pour soutenir l'autodétermination et le bien-être des Eeyous/Eenous. Cette reconnaissance peut être exprimée par les moyens suivants :

a) en impliquant les aînés dans la conceptualisation, la planification et le suivi des activités d'édification de la nation et du développement institutionnel;

b) en sollicitant les avis des conseils des aînés sur la gouvernance et la prise de décision efficaces;

c) en demandant l'avis des conseils des aînés sur la manière la plus efficace d'impliquer la participation des Eeyou/Eenou Indoh-hoh Oujé-Maaouch dans la gouvernance et l'administration d'Eeyou Istchee et de ses ressources naturelles;

d) en demandant l'avis du conseil des aînés sur des questions relatives à l'Eeyou/Eenou Eedouwun, telles que la langue, les valeurs, la culture et le bien-être collectif;

e) en soutenant les rassemblements et les réseaux d'aînés afin de partager les connaissances et l'expérience des uns et des autres et d'explorer les applications des connaissances traditionnelles aux questions contemporaines;

f) en faisant participer les aînés au processus continu de détermination et de promotion des intérêts des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee; et

g) en permettant aux aînés de parler et d'enseigner l'importance et la pérennité de la culture, des valeurs et des principes eeyous/eenous pour tracer la voie de l'avenir.

Par l'entremise de leurs gouvernements locaux de la Nation crie et de leur gouvernement de la Nation crie et/ou du Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee), et avec la collaboration des conseils des aînés locaux et régionaux, les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee devraient déterminer d'autres mesures qui permettront, de manière positive et significative, aux aînés d'Eeyou Istchee de participer au processus d'édification et de reconstruction de la nation afin de récupérer et de rétablir la gouvernance, la culture, la langue, le mode de vie et d'autres formes d'Eeyou /Eenou Eedouwun de manière à développer et à soutenir une société eeyoue/eenoue qui fonctionne – économiquement, socialement, culturellement et politiquement.

Dans l'exercice de leurs fonctions législatives, les gouvernements des Premières nations eeyoues/eeyoues et de la Nation crie devraient consulter les aînés et demander les conseils des aînés et des conseils des aînés, surtout en ce qui concerne l'adoption de lois relatives à la langue, à la culture et au bien-être collectif.

 

Les gouvernements eeyous/eenous et les institutions publiques telles que la Commission scolaire crie et le Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie James devraient reconnaître les aînés comme des experts de l'Eeyou/Eenou Eedouwun et être traités comme des professionnels et rémunérés pour leur contribution à un taux et d'une manière qui témoignent du respect de leur expertise et de leurs connaissances uniques.

Le conseil du gouvernement de la Nation crie devrait adopter une résolution dans le but d'initier un processus d'amendement de la Constitution crie dans le but d'atteindre les objectifs notés ci-après.

a)    Reconnaître le rôle essentiel des aînés dans la poursuite, la réalisation et le maintien du « miiyoupimaatsiiwin ».

b)   Reconnaître que les aînés d'Eeyou/Eenou Istchee, pierre angulaire de la culture eeyoue/eenoue, sont les gardiens et les enseignants de l'Eeyou/Eenou Eedouwun, notamment en ce qui concerne les connaissances, la culture et la langue traditionnelles.

c)    Reconnaître l'importance et le rôle essentiel des aînés dans l'édification de la Nation eeyoue/eenoue pour soutenir l'autodétermination et le bien-être des Eeyous/Eenous.

d)   Reconnaître et soutenir les conseils des aînés locaux et régionaux.

e)    Permettre aux conseils des aînés de conseiller les gouvernements et les institutions eeyous/eenous sur la législation et les politiques relatives à la langue, à la culture et au bien-être.

f)     Décrire les rôles et mandats généraux des conseils des aînés locaux et régionaux.

g)   Permettre aux conseils des aînés de déterminer d'autres rôles, devoirs et responsabilités appropriés des conseils des aînés locaux et régionaux.

h)   Reconnaître l'indépendance des conseils des aînés et protéger lesdits conseils pour leur permettre de remplir leurs rôles et leurs fonctions sans ingérence politique et administrative.

i)     Habiliter et permettre aux conseils des aînés locaux et régionaux de déterminer les critères de nomination des membres des conseils des aînés locaux et régionaux, la définition et les qualifications d'un aîné.

j)     Permettre la nomination et le mandat des aînés aux conseils des aînés locaux et régionaux par les membres des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee.

Les gouvernements locaux de la Nation crie et le gouvernement de la Nation crie et/ou le Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee) devraient fournir des ressources humaines et financières adéquates aux conseils des aînés locaux et régionaux d'Eeyou Istchee pour permettre auxdits conseils des aînés :

a)    de s'acquitter efficacement de leurs fonctions et de leurs responsabilités;

b)   d'examiner la charte de chaque conseil;

c)    de déterminer les rôles, devoirs et responsabilités appropriés de chaque conseil;

d)   de déterminer les critères de nomination des membres des conseils des aînés locaux et régionaux;

e)    de déterminer comment un aîné est reconnu en tant qu'aîné; et

f)     de déterminer la définition et les qualifications d'un aîné.

Afin de promouvoir davantage l'utilisation de l'Eeyou/Eenou Ayimouwun (langue eeyoue/eenoue) et d'appuyer les efforts des Eeyous/Eenous pour rétablir, revitaliser, maintenir et renforcer l'Eeyou/Eenou Ayimouwun, le gouvernement de la Nation crie devrait modifier sa loi citée comme étant la Loi sur la langue crie d'Eeyou Istchee pour établir officiellement l'Eeyou/Eenou Ayimouwun comme langue officielle des Eeyous/Eenous d’Eeyou Istchee.

De plus, le gouvernement de la Nation crie et la Commission scolaire crie, en collaboration avec les conseils des aînés d'Eeyou Istchee, devraient déterminer des mesures positives avec un financement approprié et avec la participation des aînés pour rétablir, revitaliser, maintenir et renforcer l'Eeyou/Eenou Ayimouwun.

La Commission scolaire crie devrait reconnaître officiellement les aînés et les conseils des aînés d'Eeyou Istchee pour leurs connaissances et leurs enseignements uniques de la culture, des valeurs, de la langue et des connaissances traditionnelles qui pourraient être utiles à l'éducation des enfants et des jeunes eeyous/eenous.

La Commission scolaire crie devrait élaborer des cours, des manuels et d'autre matériel didactique conçus pour préserver et transmettre la langue et la culture des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee en vertu du chapitre 16 de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois.

En collaboration avec les conseils des aînés locaux et régionaux d'Eeyou Istchee, la Commission scolaire crie devrait déterminer la façon la plus appropriée :

a) d'impliquer les aînés et les conseils des aînés dans l'éducation et la scolarisation des enfants et des jeunes eeyous/eenous;

b) de transmettre et de rendre accessibles les connaissances, la culture et les valeurs traditionnelles dans l'éducation et la scolarisation des enfants et des jeunes eeyous/eenous;

c) d'impliquer les aînés et les conseils des aînés dans l'enseignement et l'avancement de l'Ayimouwun (langue eeyoue/eenoue) dans les écoles relevant de sa juridiction; et

d) d'impliquer les aînés et les conseils des aînés dans l'intégration de la culture eeyoue/eenoue et d'autres formes de l'Eeyou/Eenou Eedouwun dans l'élaboration de cours, de manuels et de programmes d'études pour l'éducation et la scolarisation des enfants et des jeunes eeyous/eenous.

Le Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie James devrait reconnaître officiellement les aînés pour leurs connaissances en matière de guérison et de médecine traditionnelles.

En collaboration avec les conseils des aînés locaux et régionaux, le Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie James, devrait déterminer la façon la plus appropriée de recueillir et d'utiliser les herbes, les plantes et les autres médicaments traditionnels au bénéfice des Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee.

Le ministère de la Justice et des Services correctionnels du gouvernement de la Nation crie, la Commission scolaire crie, le Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie James et l'Association des trappeurs cris, en collaboration avec les conseils des aînés locaux et régionaux, devraient déterminer les programmes financés de façon appropriée qui permettraient aux aînés d'emmener les jeunes eeyous/eenous dans les camps de brousse d'Indoh-hoh Istchee pour leur bien-être et d'apprendre l'Eeyou/Eenou Eedouwun, notamment les techniques de survie, les connaissances traditionnelles, la langue, la discipline et les valeurs.

En collaboration avec les conseils des aînés locaux et régionaux, le gouvernement de la Nation crie et l'Association des trappeurs cris devraient déterminer le processus le plus approprié dans le cadre duquel les aînés participeraient de manière positive et significative dans le règlement des différends concernant l'intégrité territoriale de l'Eeyou/Eenou Indoh-hoh Istchee et la détermination de l'Indoh-hoh Oujé-Maaou approprié pour l’Indoh-hoh Istchee en question.

Les gouvernements, autorités, institutions et entités eeyous/eenous devraient veiller à ce que les aînés d'Eeyou Istchee disposent de services et de programmes adéquats pour leur bien-être et leur santé.

La Commission Crie-Naskapie croit que l'acceptation et la mise en oeuvre de ces suggestions par les gouvernements, autorités, institutions et entités eeyous/eenous aideraient les Eeyous/Eenous d'Eeyou Istchee à déterminer le rôle approprié, la composition et la place légitime des aînés et des conseils des aînés dans la Nation et les collectivités eeyoues/eenoues.